Construction

Les 5 règles de la maison passive

Les 5 règles de la maison passive

Écologiques, les maisons passives se caractérisent par leur basse consommation d’énergie. Une maison passive utilise l’énergie solaire et s’appuie sur une excellente isolation thermique. Si les critères de labellisation des maisons passives sont définis par le PassivHaus, un institut allemand, la maison passive obéit à 5 règles.

 

Réduction drastique de la consommation d’énergie

Une maison passive consomme 90 % d’énergie en moins qu’un autre type de construction. Elle ne doit pas consommer plus de 15 kWh par m2 par an pour le chauffage. Cependant, grâce à des puits de lumière, des matériaux performants et une isolation optimisée, il n’est pas question de renoncer au confort et d’avoir froid dans une maison passive. L’ossature bois permet aussi d’éviter les disparités thermiques et assure une bonne diffusion de la chaleur dans toute la maison.

 

Sélection des matériaux écoresponsables

Pour l’ossature et la façade des maisons passives, on privilégie le bois. Pour rendre votre logement encore plus écologique, préférez les bois issus des forêts françaises gérées durablement

Pour l’isolation, on préfèrera le béton écologique, un mélange de chanvre et de chaux, la brique ou la terre-cuite. Il est aussi possible d’utiliser des blocs coffrants isolants

Dans toute la maison passive, on favorisera les matériaux qui ne nécessitent que peu d’énergie pour leur production, les produits locaux pour limiter les frais de transport mais aussi les produits recyclables et réutilisables.

 

Optimisation de l’isolation

Pour arriver à respecter les exigences énergétiques des maisons passives, vous devrez tout miser sur l’isolation. Les isolants thermiques peuvent faire jusqu’à 50 cm d’épaisseur. Par ailleurs, l’ossature bois permet de placer l’isolant directement dans les murs.

Côté fenêtres, on opte pour le bois, une ossature doublée dans laquelle un isolant est enfermé et un triple vitrage. Entre les parois de verres, un gaz rare à faible émissivité bloque la chaleur dans les deux sens. Ainsi, l’été, il empêche la chaleur extérieure de rentrer dans la maison et en hiver, il garde la chaleur à l’intérieur de la maison et l’empêche de sortir.

Pour le renouvellement de l’air, une installation de VMC à double flux qui réchauffe l’air entrant.

Enfin pour renforcer l’étanchéité à l’air de la maison passive, on place des membranes et des adhésifs par-dessus le matériau isolant au moment de la construction.

 

Suppression des ponts thermiques

Les ponts thermiques sont créés lorsqu’on opte pour l’isolation intérieure des bâtiments. Les ponts thermiques se créent à chaque fois que l‘ossature de la maison est discontinue, au niveau des étages et des murs de séparation des pièces. Cela provoque des écarts de température selon les pièces. Ils sont responsables de 5 à 7 % des déperditions de chaleur dans une maison.

Pour supprimer les ponts thermiques, on opte pour une isolation extérieure du logement ou on privilégie le béton, l’argile expansé ou le verre cellulaire qui permettent d’éviter que ne se créent des ponts thermiques dans les angles.

 

Utilisation des énergies propres

Il est évident que lorsqu’on opte pour une maison passive, c’est par conviction écologique, dans une démarche de préservation de l’environnement. Ainsi, on trouve dans ce type de logement des panneaux photovoltaïques et un système de récupération de l’eau de pluie. Il est également recommandé de s’équiper avec des appareils électroménagers à basse consommation.

Si vous souhaitez aller plus loin dans votre découverte de la maison passive, vous pouvez consulter la liste de toutes les spécificités techniques pour obtenir la certification “maison passive” sur le site de PassivHaus.

Post Comment